Archives du Quinzième jour du mois, mensuel de l'Université de Liège.
N°113. Avril 2002.

 

Les scouts sortent du bois

* La Fédération catholique des scouts de Belgique (Les Scouts) a tenu à rappeler, lors de son 90e anniversaire, qu'elle tendait vers plus d'ouver-ture et qu'elle désirait travailler sur son image. Bien loin de la caricature du petit bonhomme en uniforme bleu, il y a toutes ces chevilles ouvrières du mouvement, ceux qui le font vivre chaque semaine aux jeunes : les animateurs. Nombre d'entre eux étudient à l'université.


Agés d'une vingtaine d'années, ils sont pour la plupart aux études et consacrent bénévolement une partie de leur temps à l'animation de leur petite troupe. Qu'ils soient animateurs baladins, louveteaux, scouts ou encore pionniers, leur but est le même : faire en sorte que les jeunes animés puissent se changer les idées dans un environnement convivial, libre et sympathique. Cette implication ne se fait évidemment pas sans sacrifices, comme en témoigne Laure, étudiante en communication. " Un après-midi par semaine comme seule rencontre, cela peut paraître peu, mais c'est ignorer que derrière, il y a plusieurs heures de préparation qui demandent énormément de temps. " Un temps généralement pris sur les études et les loisirs.

 

Vive les vacances? Début juillet, les animateurs peuvent participer à l'Université d'été du mouvement, une semaine de formation

 

" Le tout est de bien s'organiser, analyse Martin, étudiant en agronomie et animateur chez les éclaireurs. Il faut établir un horaire longtemps à l'avance, définir les tâches au sein du staff et surtout que chacun soit conscient de ses respon-sabilités. C'est la condition pour s'en sortir. " Un dévouement récompensé par les relations privilégiées qui se nouent entre les jeunes et leurs "grands frères". Les animateurs ne sont pas des espèces de chefs de corps, en mal d'autorité, mais au contraire d'anciens scouts qui reprennent le flambeau de leurs prédécesseurs avec une interdiction rigoureuse de se prendre au sérieux. Ils ne sont pas non plus un substitut à l'autorité parentale : " On se considère souvent dans leur camp plutôt que dans celui des parents, raconte Simon. On ne rapporte que très rarement les bêtises qu'ils font. Cette complicité permet d'obtenir leur confiance et je suis certain qu'on joue un rôle dans leur épanouissement général. Et puis, quelle meilleure récompense peuvent-ils nous offrir qu'un sourire sincère lorsqu'ils nous voient arriver ? " Si l'animation demande du temps, de la patience et une bonne dose de courage, elle est pleinement justifiée par ce genre de comportement.

 

François Colmant

 

 

Le mouvement scout francophone a fêté ses 90 ans le 20 avril dernier. Pour célébrer l'événement, la Fédération catholique des scouts a accueilli 17 000 personnes au parc du Cinquantenaire à Bruxelles. Le mot d'ordre ? Dépasser les préjugés, rompre avec cette sempiternelle image du scout en short trop large qui joue dans les bois. Le mouvement évolue. " L'histoire du scoutisme montre qu'il s'est toujours adapté à la société qui l'entoure, fait remarquer Marc Fraineux, animateur fédéral. Notre thème pour les trois ans à venir est "Des scouts parmi les hommes", ce qui montre notre volonté d'adaptation à la société. " Notons aussi qu'en 1998, la Fédération des scouts catholiques est devenue la Fédération catholiques des scouts. Changement anodin, mais lourd de sens, qui veut faire entendre que le scoutisme est ouvert à tous, sans distinction de religion ou de milieu social.

 

 

Contacts :
Fédération catholique des scouts Baden-Powell de Belgique, rue de Dublin 21, 1050 Bruxelles,
tél. 02.508.12.00,
e-mail lesscouts@lesscouts.be,
site http://www.lesscouts.be


Quelques chiffres en Belgique francophone :

Les Scouts : 47 000 membres, répartis dans
440 groupes locaux (unités)

Guides catholiques de Belgique (GCB): 25 000

Scouts et Guides pluralistes (SGP) : 5000

Ces fédérations sont associées dans "Scoutisme et Guidisme en Belgique", lesquelles mènent des actions communes dans les grandes circonstances.

Sans oublier les Patros, qui comptent 35 000 membres.