Sortie de presse

Cipa
Intervalles
www.ulg.ac.be/cipa

Durant ce mois d'octobre 2004, le Centre interdisciplinaire de poétique appliquée de l'ULg (Cipa) publiera sur le web le premier numéro d'Intervalles, sa nouvelle revue électronique. Il sera consacré au minimalisme et son double, le maximalisme.

Si la référence au minimum est explicite aux Etats-Unis, dès le début des années 60, avec l'apparition de la musique minimaliste et, à peine plus tard, du minimal art, il lui faudra trois décennies pour s'imposer comme un des leitmotive de la presse architecturale internationale. Mais le phénomène aura considérablement gagné en force : cet "essentialisme", qui fait l'éloge de la simplicité, est aujourd'hui considéré, par les revues d'architecture les plus en vue, comme rien moins qu'un "signe des temps".

En 2003, la notoriété du terme est telle que le Centre culturel international de Cerisy-la-Salle hébergera, l'été, un colloque intitulé "Décade sur les Minimalistes" et largement consacré aux nouveaux écrivains de Minuit. Musique, arts plastiques, architecture et aujourd'hui littérature, il semble donc qu'aucun art n'échappe, en ce début de siècle, à cette catégorie.

Cependant, si une telle esthétique ne manque ni de précurseurs ni d'œuvres exemplaires ni même de manifestes, elle n'en demeure pas moins problématique : la notion même de minimalisme ne se laisse pas aisément appréhender. Des questions ne manquent pas de surgir. Ce concept permet-il de subsumer des stratégies communes d'un art à l'autre ? Comment éviter l'aporie contenue dans un programme qui soutient que moins est plus ? A partir de quel pôle définit-on le minimum : production ou réception ? Quels sont ses fondements rhétoriques, poétiques et même éthiques ? Ce sont quelques-unes des questions les plus générales auxquelles ce premier numéro d'Intervalles voudrait répondre, en comptant sur les contributions de 13 spécialistes de la musique, de la littérature, de l'architecture et des arts plastiques.



Alain Coenen
Les Communes à la croisée des chemins - Entre la tradition démocratique et les défis de la modernité
Bruges, 2003

La Belgique est officiellement un Etat fédéral depuis une dizaine d'années. Mais c'est seulement depuis l'entrée en vigueur de la loi spéciale du 13 juillet 2001 que les Régions sont devenues compétentes pour organiser toutes les institutions locales, dont leurs communes.

Les Parlements régionaux s'attaquent en fait à un gigantesque chantier dont devrait naître un nouveau paysage institutionnel. Or, parmi les questions qui se posent, beaucoup concernent les communes. Un travail de redéfinition s'impose ainsi aux Régions au moment où les communes se trouvent à la croisée des chemins, entre la tradition démocratique dont elles sont issues et les défis sociaux et techniques qu'elles doivent relever à présent.

L'ouvrage permet à l'auteur d'analyser les différents enjeux qui vont jalonner la tâche des législateurs régionaux, lesquels ne devront pas perdre de vue ce qui constitue leur raison d'être : l'action quotidienne au service du citoyen.

Alain Coenen est secrétaire communal de Beyne-Heusay et maître de conférences à l'université de Liège en faculté de Droit.