Bologne, Socrates, Erasmus

Etat des lieux de la mobilité étudiante



Photo Jean-Louis Wertz

La mobilité est devenue un élément central de la coopération européenne dans le domaine de l'éducation et de la formation, en particulier depuis le lancement - au milieu des années 80 -des programmes d'action financés par la Commission européenne. Nul besoin d'avoir vu L'Auberge espagnole de Cédric Klapisch pour savoir qu'elle contribue au développement personnel de l'étudiant, à la circulation des idées, de la culture et de la recherche. A ce titre, la stratégie de Lisbonne adoptée en mars 2000 par le Conseil européen, ainsi que le décret de Bologne auquel participent une quarantaine de pays - dont la Belgique - constituent deux moteurs pour la promotion de la mobilité des étudiants, des enseignants et des chercheurs.

Espagne, 10 points

Un constat s'impose : encore trop peu d'étudiants francophones s'intéressent à ces possibilités de voyage. Les obstacles sont bien connus : problèmes administratifs, manque de motivation et de connaissance des langues, coût du séjour favorisant l'élitisme, etc. A l'ULg, le service de la gestion de la mobilité des étudiants (AEE) a recensé cette année 436 étudiants "in" (étrangers venus étudier en nos murs), contre 272 "out" (étudiants liégeois partis à l'étranger). L'Erasmus, le type d'échange favori, s'élève en moyenne à une durée de cinq mois. Quant aux destinations, les étudiants belges francophones s'envolent de préférence pour l'Espagne, l'Italie, la France, les Pays-Bas, tandis que leurs domaines d'études de prédilection sont la gestion, le droit, les sciences politiques et sociales, et les langues. En 2003-2004, 2114 étudiants inscrits dans un établissement d'enseignement supérieur de la Communauté française ont bénéficié d'une bourse Erasmus. Combien en 2007 ?

C'est face à cette question et aux enjeux qui en découlent que fut organisé à la mi-février à Bruxelles, à l'initiative de la ministre de l'Enseignement supérieur Marie-Dominique Simonet, et en présence du Commissaire européen en charge de l'Education, le "Forum de la mobilité étudiante", à la veille de l'adoption par l'Union européenne d'un nouveau programme européen de mobilité pour 2007-2013. Un programme auquel la Commission européenne a prévu de consacrer 13,6 milliards d'euros, soit le triple des budgets actuels.

Concédant que la mobilité étudiante ne concerne aujourd'hui qu'un trop faible pourcentage de jeunes et que le montant des bourses reste insuffisant (le subside moyen octroyé à chaque étudiant s'élève à 138 euros par mois, dont 17 à charge de la Communauté française, le reste étant assumé par la Communauté européenne), la Ministre a souligné que " la proposition de la Commission européenne constitue un signal et un encouragement ". Les objectifs de mobilité du programme européen sont les suivants : atteindre trois millions d'étudiants Erasmus d'ici 2010, 150 000 stages en entreprise Leonardo d'ici 2013 et 25 000 actions de mobilité Grundtvig.

Démocratiser

Comme l'a annoncé Marie-Dominique Simonet, " le démarrage du nouveau programme de mobilité européen correspond à la mise en œuvre d'un fonds d'aide à la mobilité étudiante à charge de la Communauté française ". L'objectif de celui-ci est d'accorder une bourse de mobilité d'un montant variant entre 150 et 400 euros par mois à des étudiants poursuivant une partie de leurs études supérieures dans un autre pays de l'espace européen. Un minimum de 50 % du fonds sera attribué à des étudiants titulaires d'une allocation d'études, afin de démocratiser la mobilité étudiante. En outre, un Conseil supérieur de la mobilité étudiante devrait voir le jour dès l'an prochain. Il devra notamment évaluer le mode d'attribution des bourses Erasmus.

Reste désormais à espérer que ce programme européen et les diverses initiatives d'encouragement suscitent le décloisonnement des structures d'enseignement supérieur afin que les étudiants puissent aller chercher, où qu'il se trouve, l'enseignement qui leur convient le mieux. Car la connaissance et l'ouverture d'esprit restent les meilleurs paris sur l'avenir qu'une communauté puisse faire.

 

Vinciane Pinte

Contacts :
AEE, tél. 04.366.53.55, courriel Anne-Francoise.Rogister@ulg.ac.be

Rencontre et parrainage

Vous voulez parrainer un étudiant étranger?
L'accompagner dans sa découverte de Liège et de l'ULg? L'aider à perfectionner son français et à progresser dans sa langue maternelle? Si cette expérience vous tente, consultez le site www.ulg.ac.be/aeerni/index.html.

A partir de l'année académique 2005-2006, les étudiants étrangers qui ont effectué une partie de leur cursus à l'ULg pourront accueillir à leur tour des étudiants liégeois en séjour chez eux. Pour en savoir plus, envoyez un courriel à Marta.Kucharska@ulg.ac.be ou à mobil.in@ulg.ac.be.

Grande journée de rencontre Erasmus le vendredi 1er juillet, à 12h, aux amphithéâtres de l'Europe du Sart-Tilman. Des étudiants liégeois qui rentrent rencontreront ceux qui souhaitent partir.

Informations sur le site www.ulg.ac.be/aeerni/