Mises au jour

Le musée de Mariemont accueille les mosaïques de Tell Amarna (Syrie)

" J'aime les mosaïques... qui sont des mosaïques... ", aurait très justement placé Claude Simon dans une conversation. Tautologie anodine ? Pas si sûr. La culture contemporaine est submergée de figures iconiques ou textuelles qui empruntent leur esthétique discontinue à la mosaïque, sans pourtant être de véritables mosaïques. Il est dès lors toujours réjouissant de pouvoir admirer d'authentiques productions de cet art séculaire, consistant à assembler les tesselles, petits cubes polychromes en terre cuite, en pierre, en verre ou en marbre, pour former des motifs géométriques ou figuratifs.

Le musée de Mariemont nous en donne l'occasion jusqu'au 16 août. Le lieu accueillera en primeur les mosaïques d'une église byzantine (Ve siècle après J.-C.) découvertes en Syrie, sur le site de Tell Amarna, par l'équipe du Pr Önhan Tunca de l'université de Liège. C'est lors d'une mission de sauvetage que l'équipe liégeoise a mis au jour, sur une colline naturelle située au sud du village d'Amarna, une église byzantine dont les pavements étaient constitués de tapis de mosaïques. " La trouvaille est d'une importance capitale, s'enthousiasme Önhan Tunca. Il s'agit de la première église de ce type à être découverte dans la région. Ces mosaïques méritaient donc d'être restaurées et présentées au monde scientifique et au grand public avec l'accord des autorités syriennes. "

Les précieuses mosaïques ont été soigneusement restaurées à Damas, dans le cadre du projet européen "Couleurs de la chrétienté de l'Orient vers l'Occident". La restauration a réuni le service d'assyriologie et d'archéologie de l'Asie mineure du Pr Tunca, le Centre polonais d'archéologie méditerranéenne de l'université de Varsovie et la Hellenic Society for the Protection of the Environment and the Cultural Heritage de Thessalonique. " Ce projet a permis l'échange de nos expériences en matière d'étude historique de la mosaïque, de technique de restauration et de mise en valeur de ce type de patrimoine ", se réjouit Önhan Tunca.

L'exposition contiendra aussi un volet didactique sur les processus de restauration et sur les mosaïques byzantines. Une brochure en plusieurs langues (anglais, français, polonais et arabe) a été rédigée à cette occasion. Après un séjour à Varsovie en septembre 2005, les mosaïques retourneront définitivement en Syrie, au musée d'Alep. L'équipe du Pr Tunca continuera, quant à elle, à fouiller annuellement les terres syriennes pour y déceler de nouvelles richesses.

 

Hugues Demeuse

Exposition au musée royal de Mariemont, chaussée de Mariemont 100, 7140 Morlanwelz. Du 19 juin au 16 août.

Contacts: tél. 064.21.21.93, courriel info@musee-mariemont.be, ou otunca@ulg.ac.be