Nouveau visage

Les bâtiments du Val-Benoît trouvent acquéreurs



Déserté au rythme des départs successifs des laboratoires vers le campus du Sart-Tilman fin des années 90, le site du Val-Benoît a entamé sa reconversion depuis quelques années.  L’ancien Institut de mathématiques abrite le Forem depuis l’an 2000 déjà et le Conservatoire royal de Liège y a installé sa section “Domaine du théâtre et des arts de la parole” au début de l’année 2004.

« Le Val-Benoît est vraiment un site exceptionnel, estime Christian Evens, directeur de l’Administration des ressources immobilières à l’ULg. Il est à côté du tunnel de Cointe qui assure la liaison de l’E40 à l’E25, à quelques minutes de la gare des Guillemins (bientôt gare TGV) et à proximité de l’aéroport de Bierset. Il longe les quais de la Meuse, à l’entrée de la ville de Liège. Les entreprises qui vont s’y installer ne s’y sont pas trompées : elles bénéficieront d’une visibilité et d’une accessibilité commerciale très appréciables. » Effectivement, dans la zone nord du site (du côté de l’autoroute), le Forem vient d’acheter l’ancienne abbaye. L’entrepreneur Moury s’est, pour sa part, porté acquéreur et de l’ex-Centre de recherche en métallurgie (CRM) et de la poterne qui donne accès à la rue. Tous deux envisagent de transformer ces locaux en bureaux. Notons que les entreprises Moury ont aussi une option sur les bâtiments situés de part et d’autre de la poterne, ainsi que sur ceux des anciennes halles au feu. La valorisation de ces derniers dépendra des plans d’aménagement du site qui seront mis au point an collaboration avec la ville de Liège.

Dans la zone sud – la plus ancienne (les constructions datent des années 30) – la ville de Liège vient d’acquérir l’ancien Institut de mécanique pour abriter les réserves des musées liégeois et les ateliers du Théâtre de la place. « L’Université conservera la chaufferie, explique le Pr Jean-Marie Bouquegneau, président de la commission des bâtiments. Elle dépendra désormais du grand complexe muséal, L’Embarcadère, et servira à des fins pédagogiques. » Il précise en outre que deux investisseurs ont déjà manifesté leur intérêt pour l’ancien Institut de chimie-métallurgie et pour la bâtisse du quai Banning. Leur offre est à l’étude.

Reste le terrain situé près de la rue Armand Stevart. « Rien n’est encore officiel mais il est envisagé de créer des parkings en surface et une salle en sous-sol, laquelle pourra notamment servir aux agapes estudiantines », conclut le Pr Bouquegneau.

Au total, lorsque tout sera vendu, on peut estimer que la vente de l’ensemble des bâtiments aura rapporté près de 16 millions d’euros à l’Université. Une somme versée au fur et à mesure des rentrées à la dotation immobilière pour financer les projets de l’Institution en la matière. Parmi ceux-ci figurent la phase finale des transferts au Sart-Tilman et divers aménagements place du 20-Août.

Pa.J.

Photos : F. Denoël, MET