Biotech Coaching

Nouvel incubateur wallon d’entreprises de biotechnologies

Un nouvel incubateur d’entreprises innovantes vient de voir le jour en Wallonie : Biotech Coaching. Sa mission est de détecter et d’encadrer les projets de création de sociétés, spin-offs ou autres jeunes PME technologiques, actives dans le secteur des biotechnologies et de la biopharmacie.

Photos: ULg - Jean-Louis Wertz
Pour multiplier en terre liégeoise les laboratoires de pointe

Couleurs wallonnes

L’incubateur a une dimension résolument wallonne : il va travailler avec les centres de recherche des universités (en priorité de l’ULg et de l’ULB via le biopôle de Gosselies), en partenariat avec les structures d’hébergement des spin-offs (Science Park Services à Liège et Wallonia Biotech à Charleroi), les agences de stimulation économique et technologique ainsi que les entreprises du secteur via Biowin et BioLiège.

Présidé par le recteur Bernard Rentier et dirigé par Serge Pampfer, également directeur général du Giga, Biotech Coaching a été porté sur les fonts baptismaux le 29 septembre dernier en présence du ministre Jean-Claude Marcourt. Ce dernier s’est félicité de l’existence de ce nouvel outil qui va permettre d’intensifier la création d’entreprises dans un secteur fermement soutenu par le Plan Marshall. L’incubateur est d’ailleurs capitalisé à hauteur de 2,5 millions d’euros par la Région wallonne (80 %) et les deux invests Meusinvest et Sambrinvest (10 % chacun).

Du point de vue fonctionnel, Biotech Coaching s’inspire de l’exemple de WSL, un autre incubateur technologique wallon qui rencontre un franc succès dans le secteur du spatial et des sciences de l’ingénieur. « Toutefois, précise Serge Pampfer, les procédures seront adaptées aux spécificités du domaine des biotechnologies grâce aux informations recueillies au cours d’une enquête menée par Giga et Cide auprès d’une vingtaine de bio-incubateurs en Europe et aux Etats-Unis. En effet, les projets de développement bio-pharmaceutique ont des échelles de temps, des besoins financiers et des profils de risques très différents des autres secteurs industriels. Biotech Coaching doit en tenir compte pour réussir sa mission. »

Biotech Valley

Concrètement, Biotech Coaching va aider les entreprises de multiples manières. Il se charge de détecter des projets de création ou d’implantation de spin-offs et de start-ups, d’encadrer le processus de maturation et d’accompagner les entreprises durant les premières étapes de leur existence. L’incubateur pourra les assister dans leur gestion quotidienne, les contacts industriels et internationaux, leur représentation dans les foires et salons, etc. Il pourra intervenir dans l’allègement des charges locatives (à l’espace entreprises du Giga pour le moment), subsidier des études de marché, de faisabilité ou d’analyse de la concurrence, proposer des plans de leasing pour l’accès à des équipements scientifiques et technologiques onéreux, etc. Il pourra conseiller également l’entreprise sur ses choix stratégiques, scientifiques et commerciaux. Bref, un accompagnement très “maternel” pour conduire ces jeunes pousses sur les chemins de la croissance et du succès.
« Le nombre de sociétés incubées ne sera qu’un des paramètres de performance, prévient Serge Pampfer, au même titre que le nombre d’emplois créés ou les montants d’investissement attirés. » Mais si tous ces indicateurs montent en flèche, Biotech Coaching aura largement façonné la “Biotech Valley” wallonne.

 

Didier Moreau

Contacts : Serge Pampfer, tél. 04.366.25.70