Rester zen

Qui n’élimine pas le stress le maîtrise

Dans la sphère universitaire, à la veille d’évaluations importantes, le phénomène transforme régulièrement la pensée claire en galimatias.
« Le stress demeure encore trop souvent tabou. A tort, l’on peut avoir l’impression qu’il est indispensable d’en assumer seul la gestion. » C’est en ces termes que Sandrine Wuidart, psychologue et conseillère au service Orientation, décomplexe les étudiants trop régulièrement en proie aux situations de stress qui se présentent à elle. « Les séminaires Zen@études ont vu le jour il y a cinq ans, alors que nous rencontrions souvent des étudiants qui se plaignaient d’en être victimes. Nous n’avons pas constaté d’évolution particulière en ce qui concerne leur nombre, mais il apparaît par contre que le sujet devient de moins en moins tabou. »

Séminaire stratégique

L’une des premières solutions de base proposées par le service Orientation consiste en un séminaire gratuit d’une demi-journée (proposé les 23 et 27 octobre, et au mois de février). Durant ces sessions, organisées dans la salle du conseil de la faculté de Droit, de petits groupes de 50 à 60 étudiants apprennent à cerner les causes ou les origines du stress, avant de se voir proposer une série d’armes pour tenter de le vaincre.

Si les causes s’avèrent aussi diverses que les individus, les moyens d’action gravitent, eux, autour de quatre axes. Tout d’abord, le “coping”, qui consiste en la mise en place d’une stratégie d’adaptation face à une situation stressante. Il précède l’utilisation du transfert d’expérience, qui vise à dégager ses propres ressources face à des circonstances passées, de manière à mettre le doigt sur les erreurs à ne plus commettre lorsque l’on est à nouveau mis en contexte. La restructuration cognitive, ensuite, éveille l’intérêt d’éliminer les pensées contre-productives à l’approche du stress. Et enfin, les techniques de relaxation travaillent sur la respiration, les tensions musculaires et l’autosuggestion (en s’imaginant dans des situations plus calmes).

Le séminaire n’ayant pas pour vocation de se muer en une séance de méditation collective à la hussarde, ce dernier moyen d’action sera simplement présenté au plan théorique. Ceux qui auront la volonté de pousser plus avant cette présentation pourront l’enchaîner avec un module d’initiation et d’entraînement aux techniques de relaxation divisé en quatre séances d’une heure et demie, à un rythme hebdomadaire, au mois de novembre. Organisé en collaboration avec la faculté de Psychologie et des Sciences de l’éducation, ce module accueille des groupes de dix personnes au tarif abordable de 25 euros pour l’ensemble.

Le séminaire a pour but de fournir à chacun une panoplie d’armes dans laquelle puiser pour faire face à ses propres stress. « Mais il est clair que le stress de l’un n’est pas le stress de l’autre. D’où l’intérêt de personnaliser les méthodes de lutte, ajoute Sandrine Wuidart. Un poisson rouge dans un aquarium peut avoir un effet apaisant… ou très énervant, à force de voir tourner l’animal en rond. C’est pareil pour la natation qui détend les uns, et stresse les personnes complexées à l’idée de se montrer en maillot. »

Arme et bagage

Si certains stress sont d’apparence rémanente, il est clair que leur résolution va de pair avec une bonne hygiène de vie et une bonne organisation de travail. Car sans étude, l’élimination du stress demeure assez rédhibitoire. Quant aux cas pathologiques, ils sont efficacement redirigés vers une prise en charge individuelle, avec d’autres psychologues. Mais, en général, cet entraînement à la maîtrise du stress se révèle être une arme supplémentaire qui trouve aussi ses applications tout au long de son parcours professionnel, ou dans des contextes plus prosaïques comme les embouteillages de la route.

« L’an passé, nous avions directement été mis en situation, puisqu’une équipe de télévision était venue nous filmer durant une séance, se rappelle Sandrine Wuidart. Cette année, ça devrait être plus calme. »

 

F.T.

Photos: ULg-TILT

Contacts : tél. 04.366.23.89, site www.ulg.ac.be/sou/stress.html